L’organisation pratique des obsèques, le service Eurolys

Comment se passent les obsèques ? Nous apportons les réponses pratiques

A chaque étape, Karine et son équipe répondront à toutes vos questions, vous apporteront les compléments d’information dont vous pourriez avoir besoin. N’hésitez pas à nous faire part de vos interrogations, de vos doutes, de vos inquiétudes : nous sommes là pour vous aider et aucune question n’est ridicule.

Quels que soient vos souhaits, quelles que soient vos demandes, quels que soient vos besoins, nous pouvons apporter les réponses et les solutions qui conviennent. L’organisation pratique des obsèques religieuses obéit à des règles différentes en fonction de la religion concernée : en collaboration avec tous les intervenants légitimes pour chacune des religions, nous veillerons à ce que tout se déroules dans le plus scrupuleux respect des règles : délais, toilettes rituelles… Ainsi, la cérémonie peut être civile ou religieuse. Dans tous les cas le convoi s’organise de la même façon : mise en bière, fermeture, service religieux ou civil, inhumation ou crémation.

Nous coordonnerons nos propres prestations avec celles d’intervenants religieux, quelle que soit leur religion :

  • Culte catholique : les funérailles religieuses peuvent comporter une célébration à l’église et un temps de prière au cimetière. Pour cela nous prendrons contact avec la paroisse correspondant au domicile du défunt et nous  vous mettrons en relation : vous choisirez alors avec l’officiant (prêtre ou laïc) les textes bibliques, les prières, chants, musiques d’accompagnement…
    Depuis 1962 et le concile Vatican II la crémation est autorisée même si la confession catholique marque une préférence pour l’inhumation.
  • Culte israélite : la loi juive préconise d’organiser l’inhumation le plus tôt possible. Elle proscrit tout traitement dégradant infligé au corps du défunt, ce qui interdit normalement l’autopsie et les soins de conservation (sauf en
    cas de rapatriement vers Israël. Il en va de même pour ce qui concerne la crémation.
    L’entreprise de pompes funèbres se charge des démarches auprès du consistoire pour organiser la toilette rituelle ainsi que le service religieux assuré au cimetière pas le rabbin.
  • Culte protestant : les funérailles religieuses peuvent comporter une prière lors de la levée du corps, une célébration au temple et un temps de prière au cimetière. Pour cela nous prendrons contact avec la paroisse correspondant au domicile du défunt.
    Le déroulement de la cérémonie sera organisé conjointement avec l’officiant et la famille.
  • Culte musulman : celui-ci préconise d’inhumer le plus tôt possible, la crémation est interdite.
    Nous nous chargeons de faire faire la toilette rituelle du défunt dans les conditions fondamentales du rite musulman : elle consiste à laver entièrement le corps du défunt au moins 3 fois en commençant par la tête. Le corps est aussi parfumé si nécessaire. Puis il est enveloppé d’un linceul blanc (formé de 3 bandes de tissus larges).
    La toilette est effectuée par des femmes si le défunt est une femme, et par des hommes si le défunt est un homme.
  • Culte orthodoxe : l’Eglise catholique orthodoxe de France célèbre l’ancien rite des Gaulles. Elle célèbre la liturgie eucharistique selon un rite né avant l’an 500 en occident chrétien basé sur l’ancien et le nouveau testament.
    En cas de décès, on appelle le Pope et la famille. Ont lieu alors une communion et des prières pour le repos de l’âme.
    La crémation n’est pas autorisée.

Choisir pour soi ou pour un proche décédé

Que l’on dise crémation ou incinération, crématiser ou incinérer*, le choix peut être très difficile à faire pour les proches, particulièrement si le défunt n’avait pas clairement exprimé sa volonté de son vivant.

Ce choix repose souvent sur des appréciations très intimes et tout le monde n’a pas le même ressenti. Telle personne sera très effrayée par l’idée du feu, comme peut être tout aussi insupportable, pour telle autre, l’idée d’un cercueil descendu dans un caveau…

En outre, les membres d’une même famille n’ont pas toujours la même sensibilité par rapport à la crémation. La décision peut donc être très difficile à prendre si le défunt n’avait pas fait part, clairement et sans ambiguïté, de son souhait.

Cela est d’autant plus vrai que la volonté de recourir à la crémation diffère souvent selon que l’on envisage ses propres obsèques ou celle d’un proche.

Quelques chiffres

Un sondage effectué en octobre 2015 montre que :

  • 46% des Français interrogés disaient vouloir la crémation pour leurs propres obsèques;
  • 49% disaient préférer l’inhumation.

Mais, lorsque ces mêmes personnes étaient interrogées sur les obsèques de leurs proches, seules 33% envisageaient alors la crémation, contre 42% l’inhumation.

L’analyste du sondage explique ainsi cette contradiction : « Si de nombreux Français souhaitent très probablement débarrasser les autres de leur propre corps, ils ne veulent pas participer à la destruction de celui de leurs proches. »** Bref, le choix de la crémation n’est ni évident, ni facile, ni anodin.

Une solution : le contrat obsèques

Il est donc préférable, si vous voulez être crématisé, de le faire savoir explicitement à vos proches, de laisser une trace écrite ou encore de faire figurer cette disposition dans un contrat obsèques.

Cela garantira à la fois le respect de vos volontés, et la sérénité pour vos proches de n’avoir pas à prendre une telle décision. Karine et ses collaborateurs sont là pour répondre à toutes vos questions sur la crémation, comme sur l’inhumation.  Ils vous informeront sur les possibilités légales, mais également sur les incidences de chacune des possibilités : incidences humaines, psychologiques et, bien sûr, financières.  Bien informés, vous pourrez prendre une décision bien adaptée à votre situation.